dimanche 31 mai 2009

Reine d'Angleterre: Bayrou attaque Sarkozy sur les cérémonies du 6 juin en Normandie

"Omettre d'inviter la reine Elizabeth d'Angleterre aux cérémonies du 65e anniversaire du débarquement allié en France est "une grossièreté", a déclaré dimanche 31 mars FrançoisBayrou. Le président du Mouvement Démocrate (MoDem) accuse le chef de l'Etat de transformer les festivités du 6 juin en Normandie, auxquelles participera le président américain Barack Obama, en "une organisation électorale" à la veille des Européennes du 7 juin."

Lire la suite sur le site web du NouvelObs:
Bayrou attaque Sarkozy sur les cérémonies du 6 juin en Normandie - Information NouvelObs.com:

François Bayrou: L'Europe doit devenir affaire des citoyens

"Hier à Nîmes, les trois premiers de la liste MoDem pour le Grand Sud-Ouest, Robert Rochefort, Anne Lapeyrouse et l'Héraultais Marc Dufour, accueillent François Bayrou," écrit Ph. B. dans le Midi-Libre d'aujourd'hui.

Extraits:

"Il flatte leur compétence (« Nous avons choisi les bons députés »), a un mot gentil pour le Gardois Philippe Berta (à peine n° 7 de la liste et qui a l'air de faire la tête), en lequel il a « très confiance pour le présent et l'avenir » et refuse tout pronostic sur le nombre d'élus qu'il espère.Ça se passe place d'Assas, à l'heure du café. François Bayrou vient de déjeuner à l'Imperator. De plus en plus de passants font cercle pour regarder et tenter de saisir ses propos concurrencés par la sono, depuis la Maison carrée.

Qu'a-t-il à dire à Nîmes ? Ce qu'il prêche partout avec la même foi. Que l'Europe doit devenir affaire de citoyens.

Nicolas Sarkozy et ses 3 000 policiers mobilisés lors d'une de ses venues ici face aux 300 policiers qui suffisent pour un million de personnes à la feria, n'est pas seul à recevoir des flèches. Le PS aussi. « Je reproche à l'opposition de ne pas s'opposer. C'est un devoir de le faire quand les choses vont mal. Sinon, qui va défendre les gens ? S'opposer, c'est défendre l'essentiel. » Et la corrida ? Le Béarnais apprécie l'aficion, l'esthétique. C'est tout. Pourquoi ? Pour motif professionnel. « Je suis éleveur. Je suis du côté des vaches. »

Le préfet poursuit un médecin pour outrage

Extraits d'un article paru dans le quotidien Sud-Ouest:

Médecin généraliste à Tonnay-Charente (17), Éric Soares a été convoqué mardi par le commissariat de police de Rochefort. Ainsi a-t-il appris qu'il faisait l'objet d'une plainte déposée par le préfet des Pyrénées-Atlantiques pour outrage à représentant de l'État.En juillet 2008, Éric Soares s'était ému de la situation d'une famille albanaise sans papiers. La famille Kuka était sous le coup d'un arrêté d'expulsion, les parents et leurs deux enfants, Anisa 7 ans et Arselio 5 ans, avaient été arrêtés à Pau et placés au centre de rétention administrative à Hendaye....

Après en avoir pris connaissance, Éric Soares a adressé un mail au préfet des Pyrénées-Atlantiques pour lui dire son étonnement et commenter la décision prise. « Je tombe des nues, écrivait-il, j'apprends que l'on autorise l'enfermement d'enfants, cela me rappelle une triste époque où l'on mettait les enfants dans des wagons ». Et de conclure par « Bonne journée ».

« Je ne milite dans aucun organisme mais c'est une question de principe, explique-t-il. J'ai reconnu avoir écrit ce mail, bien sûr, et s'il faut prendre un avocat et comparaître devant le tribunal à Pau, ce n'est pas un problème, j'irai. L'inspecteur de police, d'ailleurs très aimable, qui m'a interrogé, voulait surtout savoir comment j'avais obtenu le mail du préfet. Nous sommes en démocratie, et si on ne peut même pas écrire à un préfet.... En plus, mon mail n'avait rien de grossier, ni même d'insultant. Ce n'est pas comme si j'étais allé jeter des tomates sur sa porte. Quant à l'allusion à une période de notre histoire, c'est une réalité dont j'ai toujours entendu parler, dont on parle toujours d'ailleurs. »

vendredi 29 mai 2009

Sarnez : "Le MoDem ne votera pas pour Barroso"

"Eurodéputée et tête de liste du Mouvement démocrate (MoDem) aux élections européennes en Ile-de-France, Marielle de Sarnez, si elle est réélue, votera contre la reconduction de José Manuel Barroso à la tête de la commission européenne. «On ne votera pas pour Barroso, il n'est pas un bon président, il n'a pas été à la hauteur de la crise», a prévenu le bras droit de François Bayrou sur Europe 1, jeudi matin.

La question de la réélection de l'espagnol José Manuel Barroso, qui incarne l'Europe du marché et du laissez-faire pour ses détracteurs, se retrouve au coeur des élections européennes. Au prochain sommet des 18 et 19 juin, les 27 chefs d'Etat et de gouvernement devraient se mettre d'accord sur le nom d'un candidat qui sera soumis au vote du parlement lors de sa première session à la mi-juillet. Mais l'actuel président ne fait pas consensus."

Ci-dessus extraits d'un article paru sur le site web du quotidien Le Parisien.
Lire l'article:

Sarkozy: des annonces à répétition, jamais suivies d'effet

"Sarkozy met tout le monde au pas"

"L'école, la banlieue et l'Europe. A dix jours des élections européennes."

Extraits d'un article paru sur le site web de 20minutes.fr ce matin.

"Opérations coups de poing » en masse, mise en place d'un service spécial du fisc pour « détecter les signes extérieurs de richesse indue », renforcement de la vidéosurveillance..." le Président a multiplié les annonces. Un « constat d'échec » de sa politique de sécurité selon le PS et le MoDem, accusant le chef de l'Etat de « mise en scène » pour surfer sur la peur sécuritaire en pleine campagne électorale. « C'est dévalorisant pour les Français de leur servir comme cela des annonces à répétition, jamais suivies d'effets », a réagi François Bayrou. 

Fadila Mehal, la Marianne du Modem en campagne

Extraits d'un article paru sur BondyBlog:

C’est en plein air, sous un arbre, que Fadila Mehal... a choisi de débattre en ce dimanche ensoleillé. 

Au Square de la Résistance, à Montreuil, une quarantaine de personnes se sont déplacées pour assister au débat. Femmes à ombrelles et femmes à boubou se sont succédés – entre deux spécialités maliennes – pour poser des questions à Fadila Mehal, numéro 3 de la liste Modem en Ile-de-France aux Européennes. Immigration, diversité, respect des femmes, co-développement, autant de thèmes qu’elle souhaite mettre en avant dans sa campagne, avec ses colistiers Marie, Sabrina et Karim.« Je ne suis pas née en Europe, mais je suis devenue européenne en devenant française il y a maintenant 45 ans », explique-t-elle. 

Le choix de ses colistiers n’est pas anodin. Sabrina, jeune française d’origine maroco-tunisienne, est attachée au combat féministe, « qu’il va falloir renforcer surtout en temps de crise », dit-elle. C’est à travers l’Europe, selon elle, que ce combat peut faire les plus grandes avancées. Elle cite la parité votée en 1999 mais pas appliquée partout : « Les places dirigeantes de la haute fonction publique ne sont occupées que par 10% de femmes, il en va de même dans les entreprises privées où seules 7% de femmes ont un poste à responsabilité. » Ce qui, ajoute-t-elle, n’est pas le cas par exemple en Suède où l’on impose des quotas. « J’ose espérer que ça viendra en France dans les cinq prochaine années. »

Parmi ses nombreux projets, il y a l’interdiction de la reconstruction des hymens, une campagne contre les mariages forcés et un partage du congé parental entre les deux parents (à savoir, un an et demi chacun).

Lire la suite de l'article écrit par  Widad Kefti :

François Bayrou, portrait du leader qui agace l'UMP et inquiète le PS

Ses origines

Le 28 mai le site de décryptage "Politique.net" a publié un portrait très complet de François Bayrou.

Extraits:

"François Bayrou est né le 25 mai 1951 au sein d'une famille dont le nom est connu depuis déjà plus d'un siècle. Son père Calixte Bayrou est agriculteur et surtout maire du village. La famille est nombreuse et très catholique. François Bayrou se marie jeune, à 20 ans, puis passe l'agrégation de lettres classiques à 23 ans. Avec son épouse, il a six enfants et onze petits-enfants.

En 1974, son père meurt d'un accident de travail. Il doit revenir dans sa région natale afin d'aider sa mère à entretenir son exploitation agricole tout en poursuivant son métier d'enseignant. Afin de parfaire son élocution, il souffre de bégaiement, il s'inscrit à des cours de théâtre au Conservatoire d'art dramatique. Il découvre, en tant que professeur, le monde enseignant mais ne se sent pas à l'aise parmi ce corps social plutôt à gauche. Dès 1974, il s'engage politiquement en rejoignant le Centre des démocrates sociaux (CDS).Ses premiers pas en politique

Ses premiers pas en politique

François Bayrou commence véritablement sa carrière politique en se présentant aux élections législatives de mars 1978 dans les Pyrénées-Atlantiques..." 

Lire la suite:
François Bayrou, portrait du leader qui agace l'UMP et inquiète le PS

UMP et Modem ironisent sur l'unité retrouvée du PS

"Pour une fois, l'UMP et le Modem sont d'accord. Les deux formations politiques ont relativisé hier l'unité affichée, la veille, par Martine Aubry et Ségolène Royal à Rezé, près de Nantes. Essayer « de faire un évènement avec la présence sur la même tribune de deux responsables politiques du même parti » en dit long sur l'état de cette formation politique, a noté François Bayrou sur LCI, n'y voyant « pas un événement majeur dans l'actualité internationale »..."

Ci-dessus extraits d'un article paru dans Les Echos ce matin:
Lire l'article:
UMP et Modem ironisent sur l'unité retrouvée du PS 

Martine Aubry et François Bayrou, soeur et frère?

"François Bayrou, le leader du MoDem, parasite-t-il votre campagne ?"

La réponse de Martine Aubry (que nous aimons bien, elle a des élus Modem pour l'aider à gérer la ville de Lille!) sur le site web de 20minutes.fr: 

"François Bayrou ne parle que de lui, et pas d'Europe. Il va jusqu'à se réclamer de l'héritage de mon père, Jacques Delors, ou à dire que les socialistes ne lui sont pas étrangers. Mais il ne faut pas se tromper, François Bayrou n'a jamais défendu les projets de la gauche et a voté avec la droite la dérégulation de La Poste et des chemins de fer. Ce n'est pas en votant MoDem qu'on va changer les choses."

Martine Aubry: "L'UMP refuse d'avoir un débat sur l'Europe" sur 20minutes.fr

François Bayrou : "Il ne faut pas déraciner l’Europe de la France": La Croix

"François Bayrou explique que le MoDem est proche des libéraux pour « défendre les libertés publiques » et des socialistes pour « défendre les services publics »

François Bayrou était jeudi 28 mai l’invité de l’émission « Face aux chrétiens » animée par Frédéric Mounier. Il répondait aux questions d’Aymeric Pourbaix (Radio Notre-Dame), Hervé Le Roch (RCF) et Laurent de Boissieu (La Croix).

N’avez-vous pas détourné la campagne des européennes en publiant Abus de pouvoir, réquisitoire franco-français contre Nicolas Sarkozy ?

François Bayrou : Vous avez vu les affiches de l’UMP ? C’est le portrait de Nicolas Sarkozy ! Ce n’est pas un pamphlet, c’est une confrontation de modèles. La seule question qui se pose dans cette élection, comme à la présidentielle, c’est : quel modèle de société veut-on ? Je récuse la séparation entre l’Europe et la France. L’Europe, ce n’est pas de la politique étrangère. Nous avons la double citoyenneté française et européenne. J’appartiens à la famille politique des fondateurs de l’Europe, Jean Monnet et Robert Schuman, l’un côté laïque, l’autre côté chrétien. Il y a une chose qui a failli porter un coup fatal à cette idée européenne : on a laissé croire que l’Europe, c’était ailleurs. C’est en raison de cette erreur qu’il y a eu le non au référendum. Je me suis juré de ne jamais déraciner l’Europe de la France. Autrement, l’Europe mourra."

Lire la suite de l'article sur le site web du quotidien La Croix:

François Bayrou donne des idées à Daniel Dohn-Bendit


"Décidément, rien ne va plus entre le leader d'Europe Écologie, Daniel Cohn-Bendit, et le président du MoDem, François Bayrou, qui avaient pourtant tenu meeting commun en faveur du «oui» au référendum européen en 2005. Confidence de Cohn-Bendit hier," à un journaliste du Figaro. "Si Bayrou est un jour élu président de la République, ce qui est possible, j'ai déjà vu mon éditeur : je ferai un livre que j'intitulerai “Abus de pouvoir, tome 2”.» Référence au titre de l'actuel pamphlet de Bayrou sur Nicolas Sarkozy."

Commentaire du Modem de Levallois-Perret: le dernier bouquin de Daniel Cohn-Bendit s'appelle "Que Faire?"  S'il prend le temps de lire "Abus de pouvoir" le dernier livre de François Bayrou il trouvera la réponse!


Balkany marie la fille de... Schuller

Extrait d'un article (consultation payante) de Christine Henry dans le journal Le Parisien de ce matin...

"Levallois - Balkany marie la fille de... Schuller... Patrick Balkany, le député-maire UMP de Levallois, a accepté de marier aujourd'hui Lauren, la fille de Didier Schuller, son ancien ami et ex-conseiller général RPR de Clichy. Ce même Didier Schuller qui a été condamné en appel le..."

Lire l'article:

Pour mémoire: 

François Bayrou au centre de la campagne européenne

"La radicalité oppositionnelle de l'ancien centriste François Bayrou lui a offert une place privilégiée au coeur de l'actuelle campagne européenne", écrit Eric Dupin dans le journal financier Les Echos. 

Monsieur Dupin continue, « Lorsque tout le monde vous attaque, c'est que vous êtes en train de réussir », s'est félicité, le 27 mai, le leader du Modem. En ces temps de disgrâce de la classe politique, c'est à coup sûr un privilège d'être pris pour cible par les deux grandes formations gouvernementales que sont l'UMP et le PS. L'ancien et futur candidat à l'élection présidentielle a fort bien saisi le cruel dilemme devant lequel il place ses concurrents. Si la droite et la gauche ne répliquent pas à ses charges accusatrices, elles lui laissent le terrain libre. Mais si elles passent à l'attaque, les voilà qui transforment Bayrou en héros solitaire persécuté de tous côtés...

Ceci n'est qu'un court extrait de l'article.  Nous vous encourageons à lire la suite:

Dans le 92, l'UMP dresse la liste noire des maires de gauche

Article en consultation payante sur le site web du quotidien Le Parisien (l'article est paru le 28 mai 2009):

Extraits:

"Dans un département massivement UMP, les élus de droite minoritaires —ceux qui siègent dans les oppositions à des maires de gauche—veulent peser davantage et…être mieux considérés... Et ce soir, lors d’un dîner à l’hôtel de ville de Levallois, ils demanderont à Patrick Balkany d’être l’initiateur d’un projet de loi qui leur donnera davantage de pouvoir...

Selon un classement des villes de gauche en matière de respect des droits de l’opposition réalisé par ses soins—et qui sera rendu public ce soir —, les élus d’opposition de droite ne sont pas tous logés à la même enseigne. « Sur neuf villes, seule Nanterre atteint péniblement la note de 10/20. Selon le classement, Asnières arriverait en bas du tableau, avec 1/20...

Reste à voir si, à l’inverse, les villes tenues par la droite sont plus respectueuses des élus minoritaires de gauche."

Christine Henry

Consulter l'article:

"Face à l’UMP et au PS, François Bayrou prospère": La Croix

Le leader centriste, qui n’est pas candidat aux élections européennes, se retrouve au centre de la campagne, attaqué à droite comme à gauche par des partis que la bonne tenue du MoDem dans les sondages inquiète...

Lire l'article sur le site web du journal La Croix:
Face à l’UMP et au PS, François Bayrou prospère - France - la-Croix.com: "

Le trompe-l’œil des oppositions

Extrait d'un article d'Alain Duhamel dans Libération (le 28 mai 2009)

"Quant au Modem de François Bayrou, il a certes toute sa place dans une coalition des antisarkozystes, il n’a en revanche rien de commun avec les souverainistes et avec l’extrême droite, pas d’avantage avec les communistes et les trotskistes. Ses rapports avec le PS, s’ils évoluent lentement, ne relèvent pas aujourd’hui d’une alliance. François Bayrou veut se servir du PS comme d’un marchepied et le PS de François Bayrou comme d’un appoint. Dans ces conditions, personne ne peut se déclarer majoritaire, ni dans le camp du pouvoir, ni dans celui des oppositions."

Lire l'article
Le trompe-l’œil des oppositions - Libération

jeudi 28 mai 2009

Sarkozy fait main basse sur la justice

"Défiance à l'égard des juges," écrivent Christophe Barbier, Pascal Ceaux, Gilles Gaetner, Jean-Marie Pontaut sur le site web de l'Express ce matin.

Extraits:

"Depuis son installation à l'Elysée, en mai 2007, il n'a pas changé de point de vue. L'ancien ministre de l'Intérieur aime les policiers, mais il a toujours manifesté une certaine défiance à l'égard des juges. Ainsi n'a-t-il jamais hésité, au nom de la fidélité en amitié, à donner des témoignages publics de sympathie à des personnalités sulfureuses aux yeux des magistrats. 

Le député (UMP) et maire de Levallois, Patrick Balkany, plusieurs fois condamné par le tribunal correctionnel, l'accompagne dans la plupart de ses déplacements officiels. 

Récemment, Nicolas Sarkozy n'a pas caché non plus son soutien à Jean-Paul Alduy, maire (UMP) de Perpignan, dont l'élection a été annulée en raison d'une fraude. Contrairement à ses prédécesseurs, le chef de l'Etat, garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire selon l'article 64 de la Constitution, a multiplié les plaintes. Ces actions d'un justiciable un peu particulier ont aussi bien visé des tee-shirts parodiques à son effigie que des menaces de mort..." 

Lire l'article:

Le fonctionnement du parlement européen

"Il est encore temps de combler ses lacunes sur le fonctionnement du Parlement européen avant le 7 juin ce qui permettra à chacun de comprendre à quel point il est important de participer à la désignation de nos représentants." écrit Jean Quatremer dans son blog (qui paraît sur le site web de Libération).  Il conseille la lecture de trois ouvrages:
  • "Le Parlement européen, tout savoir en 30 questions" de son ami Jean-Luc Sauron
  • "Le Parlement européen" d’Olivier Costa et de Florent Saint Martin, "plus universitaire, plus complet aussi, mais tout aussi pédagogique un petit ouvrage de la collection « Réflexe Europe » de la documentation française, « Le Parlement européen » d’Olivier Costa et de Florent Saint Martin (158 pages, 12 euros). Le premier, directeur de recherche au CNRS est sans doute l’un des meilleurs connaisseurs français du Parlement européen (je l’ai rencontré alors qu’il y était stagiaire en 1993…). Le second, jeune assistant parlementaire de Bernard Lehideux, député européen (ADLE, Modem), est un praticien de l’institution.
  • Enfin, carrément universitaire puisqu’il s’agit du fruit d’une thèse de doctorat, le livre de Julien Navarro, chercheur associé à Science po Bordeaux consacré aux « députés européens et leur rôle ». (Éditions de l’Université de Bruxelles, 287 pages, pas de prix affiché). Il s’agit d’une étude minutieuse et passionnante du rôle et des fonctions des députés européens. Navarro tente même une classification des eurodéputés : l’animateur, le spécialiste, l’intermédiaire, le contestataire, le dilettante.
Lire l'article:
Élections européennes : un peu de lecture

Regarder également notre article: L'Europe expliquée aux jeunes


Bernard Lehideux: UE, manque de cohérence des politiques de développement

"Effets pervers de la Convention de Cotonou"

Extraits d'un article paru dans La Tribune, un excellent quotidien financier.

Si l'approche idéologique des candidats aux européennes diffère - Michel Barnier, tête de liste UMP en Ile-de-France, déplorant l’attitude "systématiquement hostile" à l’égard de l’Europe de Patrick Le Hyaric, qui mène la liste francilienne du Front de Gauche -, tous s’accordent à dénoncer les effets pervers des accords de partenariat économique (APE) prévus par la Convention de Cotonou signée le 23 juin 2000.

Les APE font en effet considérablement évoluer la nature des relations entre l'UE et les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique). En consacrant le libre-échange, ils abolissent les droits de douane sur les produits européens destinés au marché africain et mettent un terme aux dispositifs d’indemnisation des produits agricoles et des minerais. 

La suppression de ces avantages risque de déstabiliser les économies africaines déjà malmenées.

Abondant dans ce sens, Bernard Lehideux, numéro deux de la liste MoDem en Ile de France, a souligné que la négociation des APE avait été menée "par le commissaire en charge du Commerce et non du développement". 

Harlem Désir, qui mène la liste francilienne du PS, a saisi l’occasion d’épingler l’action de Michel Barnier. Celui-ci "promet d’augmenter les restitutions, ce qui est en totale contradiction avec la politique européenne de développement", a-t-il objecté. 

L’intéressé s’est défendu d’un tel projet, tout en restant pour le moins ambigu : "ce n’est pas la forteresse qui est la réponse mais nous devons préserver la préférence communautaire", assure-t-il.Le débat s’est également attardé sur les modalités de la gestion des fonds européens octroyés au titre du développement. Selon Yannick Jadot, tête de liste d’Europe Ecologie dans la région Ouest, "l’aide est insuffisante mais surtout, elle ne bénéficie pas aux secteurs prioritaires comme l’éducation, la santé, l’agriculture vivrière ou la prévention des conflits". 

"Le parlement souhaitait que 20% de l’aide profite aux secteurs d’avenir mais la Commission n’a pas suivi", renchérit Bernard Lehideux. S’il est élu, le candidat du MoDem souhaite proposer "l’introduction d’un rapport du parlement européen sur la cohérence des politiques de développement."


Lire l'article:

Citoyens européens: le chômage et la croissance économique en tête des priorités

"La mobilisation des citoyens européens en vue des élections européennes des 4 au 7 juin semble en augmentation, selon un sondage TNS opinion menée pour le Parlement Européen. Une nette augmentation de leur intention de se rendre aux urnes est constatée par rapport aux enquêtes précédentes, même s'il demeure une incertitude sur leur participation réelle. L'intérêt pour le scrutin semble aussi en hausse tandis que le chômage et la croissance économique sont toujours en tête des préoccupations des Européens.La proportion de citoyens qui semblent certains d'aller voter est de 49%, selon cette enquête menée du 4 au 15 mai, contre 34% lors du dernier sondage Eurobaromètre réalisé en janvier et février. 43% se disent certains d'aller voter et 6% supplémentaires font état d'une très forte probabilité de se rendre dans les bureaux de vote. 12% des sondés semblent certains de ne pas aller voter contre 19% en début d'année.
 
Ce sondage ne constitue pas une prévision du taux de participation définitif des élections qui auront lieu du 4 au 7 juin. Il fournit plutôt des éléments laissant penser que la mobilisation des citoyens est en augmentation et pourrait se situer finalement à un niveau avoisinant celui de 2004.
 
Un intérêt plus affirmé pour le scrutin
 
Selon cette enquête réalisée début mai, 53% des Européens se déclarent intéressés par le scrutin contre 46% qui déclarent le contraire. En début d'année, ils étaient 44% à se dire intéressés et 53% pas intéressés.
 
Le chômage et la croissance économique en tête des priorités
 
Concernant les thèmes de campagne, le chômage reste en tête des préoccupations pour 57% des Européens, devant la croissance économique (45%). Viennent ensuite l'insécurité (32%) et l'avenir des retraites (31%) qui distancent désormais l'inflation et le pouvoir d'achat et d'autres craintes globales comme le changement climatique et le terrorisme.
 
Cette enquête pré-électorale a été réalisée par TNS opinion pour le Parlement européen du 4 au 15 mai sur un nombre représentatif de ressortissants des Etats membres âgés de 18 ans et plus (16 ans et plus en Autriche). Contrairement aux enquêtes Eurobaromètre ou les interviews sont réalisées principalement en face à face, celle-ci a été réalisée principalement par téléphone avec un certain nombre d'interviews en face à face dans certains pays. La majorité des questions posées étant similaires aux enquêtes Eurobaromètre, leurs résultats peuvent être comparés. Toutefois, ces différences de méthodologies doivent être gardées à l'esprit dans toute comparaison.

Source:
Elections européennes: sondage TNS opinion réalisé début mai
Le site du parlement européen: 26-05-2009 - 16:53

L’Europe expliquée aux jeunes

De Le blog du Modem de Levallois-Perret

Jacques Le Goff

Ed. du Seuil (poche)

L’auteur, historien médiéviste de grand renom, nous ramène aux sources de notre continent : la légende, le mythe (d’où vient notre nom) pour, d’abord, nous rappeler les atouts de notre géographie : les populations ont toujours été en contact les unes avec les autres via le commerce, les foires, les banques, la navigation maritime et fluviale, le routes puis le train. Continent tourné vers la mer, il explora très tôt le monde, ce qui permit son développement rapide, fût-ce au détriment d’autre civilisations, d’autres peuples…

Puis, J. Le Goff retrace et nous faire revivre l’histoire de notre construction ; construction philosophique, politique, religieuse, culturelle, artistique, économique, industrielle, scientifique. Enfin, il insiste sur le fait, qu’au fil des temps, les nombreuses guerres n’ont jamais empêché une réelle coopération entre les hommes, les « déjà » Européens.

Il est indispensable de savoir d’où l’on vient si nous voulons être capable de prendre des décisions en faveur du bien commun afin de construire une force politique et économique capable de discuter avec nos partenaires mondiaux….

La lecture de cet excellent petit ouvrage réjouira les enfants de 13 à 99 ans qui découvriront leur histoire, la réviseront, la reliront avec toujours autant de plaisir que la première fois.

Européennes : le MoDem sur les talons du PS

"Le Parti socialiste serait sous la barre des 20%, à sept points de l’UMP" selon un article du journal Le Parisien ce matin.  Le quotidien a basé cette affirmation sur "un sondage réalisé par TNS Sofres-Logica pour Le Monde, France 2, France 3 et France Info. Cette enquête concernant les intentions de vote pour le scrutin européen du 7 juin révèle aussi que le MoDem de François Bayrou est en nette progression (14%). Avec 26%, l’UMP maintient donc sa suprématie. Le Front national récolterait 6%. Et les listes Villiers-Nihous 4%.

"A gauche, c'est le PS qui semble payer ses divisions. Ses listes recueillent, selon cette enquête, 19% des intentions de vote. Les listes Europe Ecologie de Daniel Cohn-Bendit sont à 11%. Elles sont suivies par celles du Front de Gauche conduites par le duo Buffet-Mélenchon avec 7%. Le nouveau parti d'extrême gauche, le NPA d'Olivier Besancenot, arrive juste derrière à 6% et la Lutte Ouvrière n'enregistre que 2%.

Bayrou plus populaire qu'Aubry

En matière de classement des personnalités, c'est François Bayrou qui a le vent en poupe..."

Le docteur Jean Pierre Daulouède: citoyen européen exemplaire

"Le docteur Jean Pierre Daulouède sera le premier Français à recevoir le Prix du citoyen européen en raison de son action dans le domaine du développement de la coopération transfrontalière autour de la santé publique afin de réduire les risques et dommages liés à l'usage des drogues. Son travail a aidé à la prise de conscience par les pouvoirs publics de l'aspect transfrontalier de l'usage des drogues."


Classement des personnalités TNS Sofres: Bayrou légèrement en tête

Selon une dépêche de l'AFP, qui est tombée il y a trois heures, Le président du MoDem François Bayrou est en tête, devant Martine Aubry, d'un classement des personnalités réalisé à l'occasion des élections européennes par TNS Sofres Logica pour France Télévisions, Radio France et Le Monde, et rendu public jeudi.

M. Bayrou totalise 59% de bonnes opinions contre 37% de mauvaises. 4% des personnes interrogées sont sans opinion.

La secrétaire générale du PS recueille de son côté 57% de bonnes opinions, contre 38% de mauvaises, et 5% sans opinion.

Lire l'article:

Bayrou a rencontré Villepin

Extraits d'un article paru le 27 mai sur le site web de Libération:

"«Nous avons discuté ensemble des enjeux du pays, lors d’un déjeuner», a raconté le leader centriste. Celui-ci, auteur d’Abus de pouvoir, un pamphlet contre le président de la République, et l’ancien Premier ministre (UMP), aussi critique virulent du sarkozysme, avaient fait part il y a quelques semaines de leur intention de prendre contact.

«Je rencontrerais des responsables socialistes de la même manière», a ajouté Bayrou, citant parmi ses interlocuteurs potentiels François Hollande et François Rebsamen, ainsi que, à droite, le député chiraquien François Baroin. Le patron du Modem voyant dans ces discussions «une condition préalable à des rassemblements ultérieurs», dans la perspective de«l’alternance».

Dans les colonnes de Libération, ce lundi, François Bayrou, avait d’ailleurs estimé que «les républicains de traditions différentes, pour construire l’alternance, devront venir, sinon avec leurs armes, du moins avec leurs bagages, en assumant leur histoire, leurs valeurs»."


Lire l'article:
Bayrou a rencontré Villepin - Libération:

Fadila Mahel: en 3ème position en IDF pour le Modem

Vers une timide progression de la diversité au Parlement éuropéen

Ci-dessus le titre d'un article paru dans le quotidien Suisse "Le Matin" (le 22 mai 2009).
Extraits:

"Il y a une évolution par rapport aux dernières élections mais elle est trop faible pour être significative", observe le président du Conseil représentatif des associations noires (Cran), Patrick Lozès.

M. Lozès note cependant que de nombreux candidats de la diversité figurent sur les listes en position non-éligible.

Ce constat est partagé, mais avec plus d'enthousiasme, par Fadila Mehal, présidente de l'association féminine Les Marianne de la diversité et candidate en 3ème position dans la région parisienne pour le parti centriste MoDem.

"C'est la première fois que sur les listes européennes, il y a beaucoup de personnes issues de la diversité. C'est une banalisation et à l'avenir, on ne regardera plus l'origine de ces personnes mais ce qu'elles proposeront", dit-elle.

Lire l'article: Vers une timide progression de la diversité au Parlement éuropéen


Bernard Lehideux: Pourquoi Jean-Marie Cavada a quitté Bayrou pour se rapprocher de Sarkozy

Extraits d'un article paru dans le journal Le Monde:


Nouvelle carrière

"Le problème de M. Cavada, c'est l'âge, dégaine Bernard Lehideux, député sortant et numéro 2 du MoDem sur la liste de Marielle de Sarnez en Ile-de-France. A 69 ans, il réalise qu'il n'avait plus le temps d'attendre pour faire une nouvelle carrière. Alors il a quitté Bayrou pour se rapprocher de Sarkozy."

François Bayrou: le projet de société européen doit être solidaire

Extraits d'un article paru sur le site web du journal Le Monde:

"Entre les principales listes en compétition en France, l'accusation d'entretenir un décalage entre le discours électoral et la réalité de la pratique institutionnelle européenne fait florès depuis le début de la campagne pour les élections du 7 juin. Chacun accuse l'autre d'être à Strasbourg beaucoup plus à droite qu'à Paris, et de tromper l'électeur en pratiquant un double langage...

M. Bayrou, qui s'estime victime d'un amalgame, a promis d'adresser le programme européen du MoDem à ses détracteurs, assurant que les députés européens de son parti ont "constamment, sans aucune exception, voté dans le sens de la défense des services publics" et "soutenu l'idée que le projet de société européen devait être solidaire". "Pour le reste, ajoute le président du MoDem, il m'arrive de ne pas penser que les socialistes ont raison sur tout, et de voter différemment d'eux."

Lire l'article:

L'Europe durable: les propositions du MODEM

Le premier volet des propositions du Mouvement Démocrate concernent ce que nous appelons l’Europe durable. 


Vous trouverez ces propositions, présentées de manière très claire, sur le blog du Modem de Chatenay: MonChatenay.com

Pourquoi il faut changer Barroso

Début d'un article paru sur le blog de Pierre Moscovici le 21 mai 2009: 

"Le Président sortant de la Commission européenne se bat pour sa reconduction. En fait, il mène campagne, y compris en France – interview mardi sur France 2 et dans « Le Monde », à qui il a confié ses ambitions et vanté son bilan. 

José Manuel Barroso n'est pas un politique anodin. Il a été le Premier ministre, très conservateur et controversé, du Portugal, avant de devenir le Président, très libéral, de la Commission. L'homme n'est pas dénué de charme, il est brillant, polyglotte – parlant aussi bien l'anglais et le français que le portugais, sa propre langue. Il aime séduire, et sait convaincre ses interlocuteurs qu'il partage leurs options, quelles qu'elles soient : en fait, il est un véritable caméléon politique, mais dont la boussole idéologique le ramène toujours à son propre camp, celui de la droite PPE, dont il est le candidat – à l'exception peut-être de Nicolas Sarkozy, sans doute gêné par son tropisme anglo-saxon. 

Changer l'Europe : c'est l'enjeu central de la campagne européenne. Pour cela, il faut d'abord changer l'orientation de la Commission, et surtout changer son Président. Encore faut-il dire pour quoi – j'ai déjà présenté ici l'alternative, le « Manifesto » du PSE – et pourquoi. C'est ce à quoi je vais m'essayer aujourd'hui, pour nourrir vos réflexions durant ce pont. Je vois pour l'essentiel quatre raisons pour « tourner le pays » Barroso."

Lire les quatre raisons:

"Le renouvellement que nous portons inquiète le PS"

Extraits d'un interview avec Marielle de Sarnez paru sur le site web du quotidien Le Figaro

"Pour la première vice-présidente du MoDem Marielle de Sarnez, « le Parti socialiste traverse une crise profonde ».

LE FIGARO. Le MoDem est devenu la cible de nombreuses attaques du PS…
 
Marielle de SARNEZ. C'est la preuve que le renouvellement que nous portons les inquiète. Le Parti socialiste traverse aujourd'hui une crise profonde, encore plus profonde sans doute qu'on ne le croit. Le PS a du mal à trouver sa place dans la campagne pour les élections européennes. Ils utilisent donc à l'égard du MoDem des arguments dont ils savent parfaitement qu'ils sont de mauvaise foi.

En attendant, ils vous accusent de voter à Strasbourg avec les ultralibéraux ! 

C'est purement et simplement faux. Tous nos votes sont publics, consultables sur le site du Parlement européen et les journalistes qui ont enquêté l'ont d'ailleurs démontré. Nous sommes le Parti démocrate européen. Nous partageons avec les libéraux européens, qui sont le plus souvent de centre gauche, une même vision des libertés, du droit, et des institutions. Mais en matière économique et sociale, nos choix sont différents : nous sommes défenseurs des services publics, de la solidarité, de la cohésion sociale, vertu indispensable particulièrement en période de crise, y compris pour une économie créatrice..."


mercredi 27 mai 2009

L'UMP vainqueur le 7 juin? Pas si sûr...

Extraits d'un article d'Ariane Istrati paru sur le site web Slate.fr:
"Européennes: sondages, la grande méprise
Alors comme ça l'UMP aurait le vent en poupe! Depuis quelques semaines, les commentateurs dressent la même prédiction: le parti du Président devancera largement les socialistes lors des élections européennes du 7 juin prochain. Chiffres à l'appui.... l'UMP, conserverait son prestige quasi intact... Mais à y regarder de près, une autre analyse s'impose... Lorsqu'on dissèque les résultats des sondages, on s'aperçoit vite que le seul parti qui soutient la politique du gouvernement, ne recueille en fin de compte que moins d'un tiers des intentions de vote des Français. C'est faible. D'autant plus que Nicolas Sarkozy peut se targuer d'avoir exercé une présidence de l'UE honorable. Les Français, semble-t-il, ne lui en font pas crédit...

Si l'on classe François Bayrou parmi les opposants à Nicolas Sarkozy, le constat s'aggrave pour le pouvoir en place. Selon les études, les listes de Bayrou recueilleraient autour de 14% des voix. Une sacrée épine dans le pied de la droite.En fait, la vraie nouveauté de ce scrutin ne réside pas dans une bonne santé de l'UMP dont on a vu ce qu'elle avait de factice, mais dans la révélation d'un mécontentement certes polymorphe mais profond contre le gouvernement. Le 7 juin montrera aussi le déclin des nonistes (listes Villiers autour de 5-6, gauche radicale autour de 10) et la consécration des partis pro-européens. Mais ça, c'est un autre débat."

Grâce à Michel Mercier le MoDem aura finalement droit aux 20 minutes d'antenne

Extrait d'un article paru sur le site web lepoint.fr.

"Le MoDem, qui n'a pas de groupe à l'Assemblée, a accédé de justesse aux vingt minutes d'antenne réservées aux grandes formations, dans le cadre de la campagne officielle audiovisuelle des européennes, grâce au président du groupe centriste au Sénat, Michel Mercier. Si ce dernier n'avait pas pesé en faveur du parti de François Bayrou, ses listes n'auraient eu droit qu'au traitement réservé aux "petites" formations ou alliances. Soit quelques clips très courts au lieu des 20 minutes dévolues aux grands partis. "

Lire l'article:

Abus de pouvoir: François Bayrou embarasse et s'en fait un plaisir

Extraits d'un article paru sur le site web gauche-unitaire.fr

"à  propos du livre Abus de pouvoir

François Bayrou embarrasse. Et, incontestablement, il s’en fait un plaisir.

La droite sarkozyste déverse sur lui son mépris, mais ne parvient pas à dissimuler toute la haine que de plus en plus il lui inspire. Le Parti socialiste feint de ne pas s’intéresser vraiment à lui, mais tout montre que l’obsède une alliance avec le MODEM qui lui paraît s’imposer comme un impératif. Sur cette voie Ségolène Royal s’était engagée, François Hollande a annoncé que c’était une perspective d’avenir. Bref,  tous y songent…. 

Et Laurent Joffrin mobilise Libération pour doctement expliquer que telle est la stratégie d’avenir.

Donc on ne parle que de lui. 

Pour, à droite, expliquer que Bayrou drague la gauche. Et, à gauche, on ne se lasse de pas de répéter qu’il convient de ne pas oublier que Bayrou est de droite. Ce qui revient de part et d’autre à confirmer ce que nul n’ignore : Bayrou est centriste !

Mais un centriste qui écrit. Ce livre brûlot, Abus de pouvoir, qui mérite quelque attention, en ce qu’il est un sévère réquisitoire contre Sarkozy et le système qu’il incarne. Voilà qui gêne côté socialiste et enrage la droite, et ce pouvoir où ont trouvé refuge doré quelques ex amis de Bayrou. D’où un débordement d’invectives venu de droite, qui à gauche ne se heurte à nulle digue. Et commentateurs  patentés de répéter que ce pamphlet confirme que Bayrou ivre d’ambition personnelle ne songe qu’à 2012 (lui seul ?), que son ouvrage est privé de toute dimension propositionnelle…  Bref, un papier noirci bon pour le feu !

Et bien non, Abus de pouvoir mérite d’être lu, en ce qu’il est, parmi les nombreux ouvrages écrits  sur le sujet, un des meilleurs.

Et cela parce que Bayrou ne passe rien à Sarkozy. Des grossières lacunes culturelles jusqu’au réseau de pouvoir tissé avec le monde des médias et des affaires, du ralliement à l’OTAN jusqu’aux opaques relations avec Tapie, des viols de la laïcité à l’égocratie… est  disséqué tout ce qui constitue ce régime inédit de pouvoir qui « conduit la France là où elle a toujours refusé d’aller »..."

Lire la suite: 

Les motivations de Fadila Mehal, candidate Modem en Ile-de-France

Extraits d'un interview sur le site web AFRIK.COM

"Interview de la candidate (MoDem, Ile-de-France) aux élections européennes 

Afrik.com : 
Quelles raisons ont motivé votre candidature aux élections européennes de 2009 ? 

Fadila Mehal : 
Ma première motivation est d’appartenir au mouvement démocrate présidé par François Bayrou, parti qui s’inscrit dans la filiation des pères fondateurs de l’Europe avec de grandes personnalités telles que Robert Schuman et Claude Monnet. Ces hommes ont fait l’Europe de la paix et de la croissance après la 2ème guerre mondiale. Je tire fierté et reconnaissance d’être dans cette filiation. C’est pour cela que notre slogan s’intitule « Nous l’Europe », et François Bayrou a raison de dire que cette filiation doit s’incarner à travers nous, car sans incarnation, elle est orpheline. 

Ma deuxième motivation est d’être la 3ème de la liste emmenée par Marielle de Sarnez en Ile de France. Marielle est une femme formidable qui connaît l’Europe sous toutes ses coutures, elle connaît ses défis mieux que personne. Nombre de citoyens en France lui doivent beaucoup. Je pense, par exemple, aux étudiants avec le programme Erasmus qu’elle a porté avec d’autres. Marielle n’a jamais considéré, contrairement à d’autres, que l’Europe était une punition ou une voie de garage, bien au contraire, l’Europe est pour elle l’engagement d’une vie. Son dernier livre Petit dictionnaire pour aimer l’Europeen est un hommage vibrant.

Afrik.com : 
Vous êtes troisième sur la liste de votre parti, le MoDem. A-t-il fallu jouer des coudes pour atteindre cette place ? Pourquoi n’êtes-vous pas carrément tête de liste ?
 
Fadila Mehal : 
Jouer des coudes ? Vous savez, nous sommes un parti transparent et toutes les candidatures ont été examinées par une commission collégiale qui a dégagé une liste . Cette liste a été ratifiée par le vote de tous les adhérents. C’est vrai, j’aurai pu demander à être candidate dans une autre région pour être tête de liste mais j’ai souhaité me présenter en Ile de France. Parce que c’est là que je vis, je travaille et milite, et franchement être 3ème dans la plus grande région de France, ce n’est pas si mal, d’autant que Marielle de Sarnez et Bernard Lehideux, les 2 premiers de la liste sont des députés sortants qui font mon admiration car ils ont accompli un travail remarquable à Bruxelles depuis de longues années. Je suis sûre qu’avec une grande mobilisation, le Modem Ile de France va progresser, et nous gagnerons un 3ème siège qui fera que je serai élue le 7 juin.

Lire la suite de l'interview:

Bayrou : "Je suis soutenu et ça les rend malades !"

Extraits d'un article paru sur le site web LaProvence.com

"Non-candidat, il est pourtant la star de la campagne.Ultra-sollicité, François Bayrou, le chef de file du Mouvement démocrate, quelle que soit l'issue du scrutin du 7 juin, aura au moins marqué ce point-là. Exister. Pour 2012.

Occupant le terrain, celui qui se veut "l'opposant numéro un" à Nicolas Sarkozy sera, aujourd'hui à Marseille et Aix (au domaine du Grand Saint-Jean) pour soutenir la liste conduite par Jean-Luc Bennahmias dans le Sud-Est. La bonne tenue de son parti dans les sondages (crédité de 13%) est à même d'inquiéter l'UMP, le PS et les Verts.- 

Quelles sont vos ambitions pour ce scrutin ? 

François Bayrou : Je n'ai pas d'ambition partisane. L'enjeu est de savoir dans quelle société nous voulons vivre. Je n'approuve pas l'orientation dans laquelle on essaie de nous plonger: celle de la loi du plus riche et du plus fort. Il faut une société humaniste..."

Bayrou : "Je suis soutenu et ça les rend malades !"

Crise du lait : François Bayrou s'en prend à l'exécutif (Michel Barnier)

Extraits d'un article paru sur le site web LesEchos.fr:

"A moins de deux semaines des européennes, le PS et le Modem ne ménagent pas leur peine pour souligner la responsabilité du gouvernement dans la baisse du prix du lait, qui suscite, depuis plus d'une semaine, la protestation des producteurs. Germinal Peiro, secrétaire national PS à l'agriculture, et François Bayrou ont, chacun de leur côté, dénoncé la « décision désastreuse » de la Direction de la concurrence de Bercy d'interdire les négociations entre industriels et producteurs pour fixer des prix de référence...

..Visé par l'un et l'autre, Michel Barnier, ministre et tête de liste UMP aux européennes en Ile-de-France, a dit espérer que pourrait « être fixé dès jeudi (demain, NDLR) le cap d'un prix annuel juste » du lait. Ce jour-là, producteurs, industriels et coopératives doivent se retrouver sous l'égide des médiateurs nommés par le gouvernement."

François Bayrou : la campagne en signant

Extraits d'un article paru sur le site web LADEPECHE.fr

"Agrégé de lettres classiques, ex-prof, le leader du Modem n'est pas dépaysé dans une librairie. Hier chez Castela, François Bayrou dédicaçait « Abus de pouvoir », son dernier ouvrage, dont l'ancien ministre de l'Éducation nationale n'est pas peu fier d'annoncer le tirage : « Déjà 125 000 exemplaires ». Plus de 150 lecteurs attendaient sagement depuis le début de l'après-midi, un livre à la main, lorsque le troisième homme de 2007 apparut avec une demi-heure de retard, sous les applaudissements.

« Ce qu'il y a de bien dans ces rencontres, c'est la diversité sociale des gens qui viennent me voir », remarque l'auteur d'une biographie sur Henri IV qui a moins fait jaser que son dernier essai, perçu comme une charge violente contre le pouvoir. L'écrivain n'est pas peu fier d'avoir le même éditeur, Plon, que De Gaulle pour ses « Mémoires » et Mitterrand pour son « Coup d'état permanent » : « À la différence de Mitterrand, je n'attaque pas les institutions mais le projet de société », précise ce libéral pour qui la comparaison avec le président socialiste « n'est pas infamante ».

Lire la suite:

Le MoDem se mobilise, le PS se disperse

Extraits d'un article paru sur le site web 20minutes.fr

"A dix jours du scrutin, l'enquête Ipsos-SFR-«Le Point»-«20 Minutes» pointe un tournant...

Quand l'un arrive à grignoter, l'autre peine à vivoter. Dans un contexte de participation estimée de plus en plus faible pour ce scrutin, le MoDem parvient à mobiliser son électorat et passe de 11% d'intentions de vote à 13%, selon la dernière vague du sondage Ipsos pour SFR-Le Point-20 Minutes. «Jusqu'à présent, l'électorat MoDem était peut-être perturbé par les prises de position anti-Sarkozy de François Bayrou, analyse Jean-François Doridot, directeur général d'Ipsos. Ça s'est clairement débloqué cette semaine. Les sympathisants du MoDem ont désormais l'intention de voter pour ce parti et ont moins la tentation d'aller vers l'UMP ou le PS.»"

Sarkozy redoute l'abstention, se contente de ses clics sur Femme actuelle

Extraits d'un article paru dans Le Figaro de ce matin:

"...Car le taux d'abstention historiquement faible rendra quasi illisible le scrutin, et insignifiante la victoire de l'UMP - notamment si le résultat du MoDem de François Bayrou enregistre une progression importante. «Il faut donner un petit coup de pouce», conclut-on dans l'entourage de l'Élysée. Une tribune cosignée du chef de l'État et de la chancelière allemande Angela Merkel est déjà dans les tuyaux, mais elle ne fera sans doute pas bouger les lignes. Nicolas Sarkozy pourrait donc se prêter à un exercice plus régalien, en appelant les Français à «prendre au sérieux le Parlement européen», selon un conseiller. Une façon de revenir sur le sujet «par le haut».

...le plus beau succès médiatique du chef de l'État n'a rien à voir avec les élections : «Un million de clics sur la vidéo de Femme actuelle, c'est pas mal !», sourit-on du côté du pôle communication de l'Élysée. On assiste à l'apparition, non préméditée, jure-t-on à l'Élysée, du chef de l'État lors d'une interview de Carla Bruni-Sarkozy par des lectrices du magazine féminin. «Cela montre au moins que les centres d'intérêt des Français sont assez loin de l'Europe, mais toujours proches de Sarkozy», commente, loin des micros, cet ami du président...."

Le couple Balkany cherche-t-il à se servir de Jean Sarkozy?

Extraits d'un article paru sur le site web lepoint.fr:

PORTRAIT - L'irrésistible ascension de Jean Sarkozy...

"Ses conseils, il les prend auprès de son parrain Brice Hortefeux, du conseiller élyséen Pierre Charon ou de Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP.  Le couple Balkany le couve aussi. Suffisant pour faire dire à Patrick Devedjian, patron des Hauts-de-Seine en guerre avec les Balkany-et dont Jean se méfie beaucoup-, que « des gens cherchent à se servir de lui »."

Lire le "portrait":
PORTRAIT : L'irrésistible ascension de Jean Sarkozy, actualitéPolitique : Le Point

Corinne Lepage: Allègre et l'oxymore gouvernementale

Extraits d'une tribune de Corinne Lepage sur le site web du NouvelObs:

"L’arrivée annoncée de Claude Allègre au gouvernement traduit en l’amplifiant et en le transformant la politique dite d’ouverture menée par le Président Sarkozy.

En imaginant seulement faire appel à Claude Allègre qui illustre en France le négationnisme écologique et le scientisme élevé au rang d’une religion, le faisant ainsi cohabiter avec Jean Louis Borloo, le Président pratique à l’échelle gouvernementale la politique de l’oxymore ; il s’agit en fait de réunir des contraires au sein de la même formule pour lui faire perdre toute signification.
En général, c’est une locution, qui permet aussi de prétendre à une forme de synthèse alors qu’il s’agit d’un non sens. Ici il s’agit ici d’un acte et non d’une parole.

En effet, cette arrivée traduit en fait la mort du Grenelle déjà mal en point dans les faits, même si Grenelle 1 était voté en juin. Tous les choix, à commencer par le tout nucléaire, dont Allègre est un des grands thuriféraires, en témoignent.

Afficher Grenelle et Allègre, c’est vouloir faire coexister Tchernobyl et l’agriculture biologique, santé et produit cancérigène, Galilée et Lyssenko, c’est aussi illustrer le peu de cas qui est fait de la personnalité et de la politique des ministres qui, de toutes façons, ne sont là que pour le casting et l’application d’ une seule politique et une seule stratégie, celle de Nicolas Sarkozy, qu’il s’agisse de la politique officielle ou du projet réel et souverain. Il traduit également une forme de mépris pour ces personnalités, ramenées au rang de "prise de guerre" et pour l’UMP, de fait considérée comme incapable d’être un creuset suffisant pour le gouvernement..."

Lire la suite:
Allègre et l'oxymore gouvernementale